Y-a-t-il une vie après le Bilan GES ?

Bilan GES

A l’approche de l’échéance de mise à jour du Bilan GES, l’heure est au bilan sur le véritable intérêt de cet outil permettant la comptabilisation des émissions de gaz à effet de serre engendrées par une activité ou une organisation.

Au regard des enjeux démographiques, géostratégiques et écologiques, les organisations se doivent de maintenir leurs engagements en faveur de l’environnement et de garder une attitude exemplaire en continuant de maîtriser leurs émissions de gaz à effet de serre.

Le Bilan des Emissions de gaz à effet de serre, bien plus qu’une simple « tendance »

Face à une crise économique importante et une réglementation de plus en plus présente, force est de constater que la tendance du  marché est au « vert ». La mise en place d’un Bilan GES, dans le cadre des scopes 1, 2 et 3, n’est que le prélude d’une politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
En effet, bien plus qu’un phénomène de mode, le bilan carbone est aujourd’hui utilisé comme un véritable outil stratégique par les organisations. Au cœur de leurs préoccupations, il permet aux entreprises d’identifier les actions à mettre en œuvre pour obtenir la réduction des coûts dus aux énergies fossiles, de communiquer sur les engagements verts de la structure et plus globalement d’intégrer le critère environnemental à chaque étape importante de la vie de l’entreprise.

Tout se joue après la réalisation du Bilan GES

D’après Thomas Moreau, un spécialiste de la logistique : « En soit, réaliser un Bilan GES n’est pas très compliqué. Mais les entreprises sous-estiment trop souvent sa portée et l’ampleur de ses conséquences sur leur organisation et leur processus ». (Gallon, Bilan Carbone : que faire après ?)

Afin de réaliser une analyse optimale du Bilan Carbone, il est important de retenir le périmètre opérationnel le plus large possible à savoir les scopes 1, 2 et 3. En étendant son bilan GES au scope 3, les organisations incluent dans le calcul l’impact des émissions indirectes telles que les déplacements domicile/ travail des employés.

Lorsque l’inventaire est complet, Le Bilan GES permet l’adoption de mesures correctives visant à diminuer les émissions carbones. Au-delà d’être un outil d’évaluation et de comparaison par rapport à l’année précédente, il est un instrument d’amélioration interne et externe pour l’entreprise.

Un logiciel performant pour des résultats à long terme

Lorsque l’entreprise souhaite s’engager dans une réelle démarche environnementale, l’utilisation d’un outil logiciel tel qu’Izypeo® CEMS  est incontournable et permet:

  1. De réduire le coût de réalisation du Bilan GES. Grâce aux fonctions facilitatrices (Formulaires en ligne, intégration à l’ERP de l’entreprise), le bilan carbone peut-être réalisé ou mis à jour en toute autonomie et la facture d’intervention des experts est ainsi réduite.
  2. De disposer d’un véritable outil d’aide à la décision pour une réduction des émissions.
  3. De valoriser l’image de l’entreprise/l’organisation auprès des consommateurs et fournisseurs. En effet, il permet de communiquer sur l’engagement environnemental et de se différencier de la concurrence en misant sur une stratégie concrète de développement durable.

En conclusion, il est non seulement incontournable (et obligatoire pour certaines catégories d’organisations) de réaliser la mise à jour de son Bilan GES, mais surtout d’adopter une stratégie à long terme de réduction des émissions GES. Enfin, pour une véritable maîtrise de votre  indicateur carbone, il est particulièrement essentiel de choisir le bon outil logiciel.

Tags

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

top